Sneak Preview 2014

Curieux de découvrir le contenu des séances ? Nous nous faisons un plaisir de vous donner un avant-goût de ce qui vous attend. Les pages ci-dessous vous dévoileront déjà quelques opinions et conseils des professeurs sur le sujet qu’ils aborderont lors des séances Feed Your Mind. Vous en apprendrez bien sûr davantage pendant les séances !

Simplifier le compliqué
Professeur Marc Buelens : « Nous pouvons tirer davantage profit de moins de choses »

Le flux d'informations est devenu ininterrompu. Chaque jour, un tourbillon de messages, remarques, questions, problèmes, suggestions et opportunités nous assaille. Le professeur Marc Buelens de Vlerick Business School remarque que notre disque dur commence à être bien rempli. « Nous devons revenir à la simplicité. »

Filtrer les informations
Comment veiller à ne pas se faire submerger par la montagne d'informations que nous devons traiter chaque jour ? Comment en filtrer les messages les plus importants ? Et comment créer des réponses durables ? D'après le professeur Marc Buelens de Vlerick Business School, nous devons resimplifier notre méthode de travail complexe. « Apprenez à jouer rapidement à un jeu lent ou lentement à un jeu rapide. Partez de moins pour obtenir plus, mais obtenir plus implique de penser différemment. »

Rien à ajouter
Lorsque notre avis ou notre feed-back est sollicité, nous voulons toujours ajouter quelque chose. Nous ne pouvons pas simplement en rester là. C'est une manière de montrer que nous sommes intelligents et impliqués dans le projet. « Les gens importants souhaitent toujours ajouter des choses pour créer une plus-value, mais ils se trompent, car davantage ne rime pas toujours avec mieux. », explique le professeur de Vlerick. « Laisser tomber des éléments relève d'un défi encore plus important. Seuls les véritables grands leaders osent couper court et dire non. »

Professeur Marc Buelens : « Plus nous rassemblons de données et plus nous développons de logiciels pour les analyser, plus la prise de décisions dans les entreprises s'avère lente et compliquée. Comment expliquer ce phénomène ? »

Des choix stratégiques
Il est possible et nécessaire de toujours opter pour la solution la plus simple, à commencer par les choix fondamentaux pour la stratégie de l'entreprise. Professeur Marc Buelens : « Les entreprises visent l'excellence opérationnelle et l'orientation clients et l'innovation et la surveillance des coûts et les activités internationales. De beaux objectifs sur papier, mais un chaos dans la pratique. Avec une stratégie universelle de ce type, on ne pose pas de choix. » Lors de la séance de lancement de Feed Your Mind en juin, il expliquera aux participants comment revenir à la simplicité.

De l’endurance
Pour trouver une échappatoire à la complexité, nous avons besoin de suffisamment d’endurance, de capacité à se redresser, après être tombé. « Les entreprises peuvent y parvenir en ne voulant pas toujours réagir rapidement et impulsivement. L'endurance consiste à attendre un peu plus longtemps que ce qui est strictement nécessaire, mais également à prendre le temps de fêter ensemble les petits succès ou à se réconforter mutuellement en cas de coup dur. », explique le professeur Marc Buelens.

Vlerick vient à vous !
Feed Your Mind est une nouvelle série exaltante de 4 séances en soirée organisées par Vlerick Business School à différents endroits (Bruxelles, Gand, Liège et Anvers). Par le biais de séances compactes de 90 minutes, les participants restent informés des nouveaux résultats de recherches, d'évolutions importantes, de perspectives cruciales et de recommandations personnelles. Le professeur Marc Buelens souhaite profiter de sa séance pour inciter à formuler quelques règles simples, qui permettent d'avoir plusieurs vainqueurs sur un terrain de jeu complexe. « Nous devons préférer le "mieux" au "meilleur marché" et apprendre à formuler encore plus clairement ce que nous ne voulons pas. »

Vous désirez en savoir plus ?
Feed Your Mind, une série de 4 séances en soirée de Vlerick, réparties sur une période de 7 mois. L'édition anglophone peut être suivie à Bruxelles ou à Liège. Les séances néerlandophones ont lieu à Gand ou à Anvers.

La cocréation : imaginer des innovations avec le client
Professeur Marion Debruyne : « Faites de votre client un partenaire commercial »

Comment pouvez-vous lancer de superbes nouveaux produits et services sur le marché en collaboration avec vos clients ? En utilisant la cocréation, le crowdsourcing, les communautés et les plates-formes. Le professeur Marion Debruyne de la Vlerick Business School explique comment chaque entreprise peut innover de la sorte.

Des idées innombrables
Un client est un conseiller idéal pour améliorer ou inventer un produit, car il connaît les besoins, les désirs et les lacunes. Dans le cadre de la cocréation, l’entreprise dialogue avec ses clients pour mettre au point des innovations avec eux. « Si le processus est mis en place correctement, il peut aboutir à des succès phénoménaux. », déclare Marion Debruyne, professeur de Vlerick. Dans le cadre de Feed Your Mind, elle animera une séance pratique en septembre sur toutes les possibilités et difficultés de la cocréation.

L’implication
Lay’s demande chaque année à ses clients quels nouveaux goûts de chips ils souhaiteraient découvrir. La suggestion remportant la majorité des voix du public est ensuite lancée sur le marché. « Les clients apprécient qu’on leur demande leur avis. La cocréation permet non seulement d’apporter de nouvelles idées, mais elle accroît également la fierté des clients et leur implication à l’égard d’une marque. », explique le professeur Debruyne de la Vlerick Business School. « Mais attention : elle peut également susciter des antiréactions. Si les inventeurs enthousiastes n’obtiennent pas de réaction ou que leurs idées ne sont pas réalisées correctement, les clients abandonneront assurément. Il est crucial de bien entretenir les relations. »

Professeur Marion Debruyne : « La cocréation permet non seulement d’apporter de nouvelles idées, mais elle accroît également la fierté des clients et leur implication à l’égard d’une marque. »

Même pour les petites marques méconnues
Grâce à la cocréation, vous pouvez donner l’opportunité aux clients d’apporter leur touche personnelle. Pensez par exemple aux cannettes de soda avec le nom de votre amoureux, aux bacs de bières Vedett avec une photo de la personne qui fête son anniversaire, aux chaussures Nike personnalisées... « Il est toutefois erroné de croire que la cocréation ne fonctionne que pour les biens de consommation de grandes marques connues disposant d’un large public. Le processus peut également s’appliquer à de petits secteurs de niche méconnus s’adressant seulement à une poignée de clients professionnels », ajoute le professeur Debruyne. « L’important est de parvenir à communiquer de l’enthousiasme. »

Prendre les choses en main
Pour mettre en place un processus de cocréation, une plate-forme numérique servant à recueillir des idées ne suffit pas. « Vous ne pouvez pas partir du principe que vos clients participeront automatiquement. Si vous ne voulez pas vous retrouver face à une boîte vide, vous devez désigner une personne qui prend les choses en main. » Les autres trucs et astuces pour faire fonctionner la cocréation seront abordés pendant la séance animée par le professeur Marion Debruyne dans le cadre de Feed Your Mind.

Vlerick vient à vous
Feed Your Mind est une nouvelle série exaltante de séances en soirée organisées par la Vlerick Business School à 4 endroits différents (Gand, Anvers, Bruxelles, et Liège). Par le biais de séances compactes de 90 minutes, les participants restent informés des nouveaux résultats de recherches, d’évolutions importantes, de perspectives cruciales et de recommandations personnelles.

Vous désirez en savoir plus ?
Feed Your Mind, une série de 4 séances en soirée de Vlerick, réparties sur une période de 7 mois. L'édition anglophone peut être suivie à Bruxelles ou à Liège. Les séances néerlandophones ont lieu à Gand ou à Anvers.

Comment une entreprise peut-elle à nouveau agir comme une start-up ?
Le professeur Miguel Meuleman explique comment retrouver du dynamisme et de la flexibilité

Elles sont petites, flexibles, créatives, ont peu de moyens et sont pleines de passion pour leur toute nouvelle affaire. Les entreprises plus grandes jalousent parfois la rapidité et l’enthousiasme des start-ups. Le professeur Miguel Meuleman de la Vlerick Business School leur explique comment retrouver ce mode start-up.

La force des débutants
Deux jeunes hommes dans un garage bricolent une idée en laquelle ils croient dur comme fer. Ils échafaudent des projets fous et élaborent des manières intelligentes de conquérir le marché. Ils sont très enthousiastes et leur énergie semble inépuisable. De plus, en tant que jeunes entrepreneurs, ils sont ouverts à toutes les formes de feed-back et de contribution. « Au sein d’une start-up, il n’y a ni règles, ni procédures. Tout est possible et très rapidement discutable », déclare le professeur Meuleman. « C’est précisément cette dynamique et cette flexibilité que recherchent les grands acteurs. »

Sortir des sentiers battus
Les grandes entreprises ont besoin de plus de structure pour pouvoir fonctionner, mais la bureaucratie peut également avoir un effet paralysant. « Pour innover avec fruits, il faut pouvoir sortir des sentiers battus. Sortir du bureau et lancer au plus vite de nouvelles idées. Les entreprises doivent oser expérimenter, demander un feed-back et se confronter à l’échec. » Lors de sa séance Feed Your Mind, le professeur Meuleman encouragera les entreprises à ne pas développer des innovations dans l’ombre pendant des années, mais à se tourner plus rapidement vers l’extérieur.

Tout simultanément
Dans un scénario classique, une phase de développement du produit est suivie d’une période de développement du marché. Dans une start-up, tout se déroule simultanément, afin de perdre le moins d’argent et de temps possible. « C’est précisément cette méthode que doivent réadopter les acteurs plus importants. Cela demande un autre état d’esprit et une méthode de travail moins structurée. En contrepartie, ils recevront plus rapidement un feed-back sur leur produit ou service, ce qui leur permettra de les adapter plus vite aux besoins du marché », explique le professeur de Vlerick.

Vlerick vient à vous
Miguel Meuleman dévoile ses nouvelles perspectives sur les start-ups et l’entrepreneuriat dynamique dans le cadre de Feed Your Mind, une série exaltante de séances en soirée organisées par la Vlerick Business School à 4 endroits différents (Gand, Anvers, Bruxelles et Liège). Par le biais de séances compactes de 90 minutes, les participants restent informés des nouvelles évolutions et des résultats de recherches, sur lesquels ils peuvent directement s’appuyer dans leur pratique quotidienne.

Vous désirez en savoir plus ?
Feed Your Mind, une série de 4 séances en soirée de Vlerick, réparties sur une période de 7 mois. L'édition anglophone peut être suivie à Bruxelles ou à Liège. Les séances néerlandophones ont lieu à Gand ou à Anvers.

Comment les dirigeants peuvent-ils rester des dirigeants ?
Le professeur Katleen De Stobbeleir aborde le leadership inclusif et le concept du « pay it forward »

Comment faire prospérer la diversité au sein d’une équipe ? Et comment avoir un maximum d’influence au sein de votre organisation en tant que coach ? Le professeur Katleen De Stobbeleir de la Vlerick Business School explique comment nous pouvons devenir des dirigeants compétents d’équipes fortes.

Des situations gagnant-gagnant
Les limites d’une organisation s’estompent. Une collaboration et des formules gagnant-gagnant sont recherchées tant avec les concurrents, qu’avec les clients et les fournisseurs. « Pour conserver plus longtemps un avantage sur la concurrence, il faut établir une relation équilibrée avec le plus de parties impliquées possible. », explique le professeur Katleen De Stobbeleir. Pendant sa séance Feed Your Mind, elle expliquera comment les dirigeants peuvent stimuler la recherche de collaboration au sein de leur organisation.

Tout ne convient pas à tout le monde
Imposer une même méthode de travail à tous les collaborateurs n’a aucun sens. « Tout ne convient pas à tout le monde. », déclare le professeur De Stobbeleir de la Vlerick Business School. « Il n’est pas nécessaire que tout le monde regarde dans la même direction. Pour innover avec succès, il faut de la diversité et de la créativité au sein de votre équipe. Celles-ci peuvent être activées par le leadership inclusif. Laissez vos préjugés de côté, veillez à ce que les collaborateurs puissent être eux-mêmes et le talent surgira presque de lui-même. »

Le concept du « pay it forward »
Le professeur De Stobbeleir veut mettre un terme à la culture traditionnelle consistant à donner et à prendre au sein des organisations. « Je fais quelque chose pour toi et en échange, tu m’aides. C’est bien beau, mais l’interaction reste limitée entre deux personnes. » Elle propose donc d’appliquer autant que possible le concept du « pay it forward » dans les organisations. « Dans le cadre de ce concept, en tant que coach, vous ne demandez pas de faveur en retour, mais proposez à la personne que vous avez aidée de transmettre les connaissances à un tiers au sein de l’organisation. Cette stratégie de transmission vous permet, en tant que dirigeant, de gagner énormément d’influence », conclut le professeur de Vlerick.

Vlerick vient à vous
Katleen De Stobbeleir dévoile ses nouvelles perspectives et ses nouveaux outils en matière de développement du leadership dans le cadre de Feed Your Mind, une série exaltante de séances en soirée organisées par la Vlerick Business School à 4 endroits différents (Gand, Anvers, Bruxelles et Liège). Par le biais de séances compactes de 90 minutes, les participants restent informés des nouveaux résultats de recherches, sur lesquels ils peuvent directement s’appuyer.

Vous désirez en savoir plus ?
Feed Your Mind, une série de 4 séances en soirée de Vlerick, réparties sur une période de 7 mois. L'édition anglophone peut être suivie à Bruxelles ou à Liège. Les séances néerlandophones ont lieu à Gand ou à Anvers.

Accreditations
& Rankings

Equis Association of MBAs AACSB Financial Times